Question posée au Ministre Henry relative aux revêtements routiers et autoroutiers qui provoquent un effet "miroir" et sont donc dangereux pour les usagers de la route.

mirage

Certains revêtements de routes et autoroutes ont le désagréable défaut de provoquer un effet « miroir » par temps de pluie et même, parfois, par temps sec. Cela a comme double conséquence de rendre la visibilité des marquages presque nulle et engendre inévitablement un danger pour la sécurité des usagers.

De plus, il s’avère que le marquage effectué lors d’une réparation ou du remplacement d’un revêtement est parfois confondu avec les lignes blanches du marquage classique, surtout en cas de pluie. Ce phénomène est davantage amplifié lorsque l’éclairage public est éteint.

Monsieur le Ministre, dans quelle(s) mesure(s) serait-il possible, lors des réfections et/ou remplacements futurs des routes et autoroutes, d’obliger les entreprises soumissionnaires à remettre prix uniquement pour un revêtement de route ne faisant pas effet « miroir »? De plus, dans quelle(s) mesure(s) l’évolution technologique intervient dans le choix d’un revêtement? Nous le savons, les voitures deviennent de plus en plus intelligentes et il serait peut-être intéressant de prendre ce paramètre en considération.

La réponse du ministre se trouve ici