La stratégie européenne "From farm to fork" veut consacrer davantage de terres agricoles à la production biologique d'ici 2030. Avec quel impact sur nos agriculteurs? 

agriculture

Le 20 mai dernier, la Commission européenne présentait deux stratégies issues du Pacte vert, à savoir une stratégie « Pour la Biodiversité », et une autre « From farm to fork », ou de la « Ferme à la table » dans sa version française.

Avec ses deux stratégies agricoles, la Commission veut réduire l’utilisation d’intrants et consacrer davantage de terres agricoles à la production biologique et à la biodiversité. Dans le détail, la Commission veut par exemple d’ici 2030:

  • Ø  Porter de 8 à 25% la proportion de terres agricoles certifiées bio en Europe;

  • Ø  Réduire de 50% l’utilisation de pesticides;

  • Ø  Réduire de 20% l’utilisation de fertilisants, autrement dit les engrais;

  • Ø  Utiliser 10% des surfaces agricoles européennes afin d’y placer des haies, des bandes fleuries, ou d’autres éléments à « haute diversité ».

    La Commission invite désormais le Parlement et le Conseil à approuver ces deux stratégies et les engagements qu’elles comportent. Les objectifs issus de ces stratégies devraient se retrouver dans les plans stratégiques nationaux afin que la PAC soit l’outil de mise en œuvre de ces objectifs.

    Monsieur le Ministre, je suis inquiète. Nous savons que ces objectifs conduiront inévitablement vers une baisse de la production agricole. Dans un contexte pessimiste concernant les négociations de la future PAC et de son budget fortement orienté à la baisse, je crains que nos agriculteurs ne soient pas assez soutenus pour les efforts demandés par la Commission européenne.

    Monsieur le Ministre, quelle est votre position par rapport à cette stratégie « From farm to fork » de la Commission européenne? Le timing d’annonce choisi par la Commission veut-il dire que les négociations pour la future PAC ont recommencées? Une discussion intra-belge entre Ministres de l’Agriculture et acteurs du secteur agricole est-elle déjà prévue afin d’analyser les propositions de la Commission européenne pour une éventuelle inscription dans notre plan stratégique? 

La réponse du Ministre et le débat qui s'en est suivi