En analysant le prix du bœuf en cette période de Covid, le Collège des Producteurs arrive à la conclusion que certains restaurateurs belges ne jouent pas assez le jeu du bœuf made in Belgium. Comment inverser la tendance?

viande2

En effet, le prix bovin n’a pas été négativement impacté par la fermeture du marché intérieur dans l’HoReCa, les collectivités et l’évènementiel qui représentent pourtant 20 % de la viande de bœuf consommée en Belgique.

Les chiffres montrent que la viande bovine importée est fort présente dans l’HoReCa. Or, cuisiner des viandes locales pourrait représenter des atouts pour les restaurants vu le succès du circuit court des dernières semaines et les appels à relocaliser notre consommation. Je peux néanmoins entendre une certaine demande d’exotisme de la part des consommateurs mais les éleveurs belges proposent également d’autres races à côté du traditionnel BBB telles que la limousine, la blonde d’Aquitaine, l’angus, etc.

La Belgique est en autosuffisance en termes de production de viande bovine à hauteur de 150 % et est même un pays exportateur. Il est donc possible d’approvisionner le secteur de l’HoReCa en viande bovine locale avec une diversité de produits et en garantissant les normes sanitaires et le fait de ne pas nourrir le bétail avec des OGM. Tout bénéfice donc...

Monsieur le Ministre, êtes-vous conscient du constat posé par le Collège des Producteurs? Au niveau wallon, qu’est-il mis en œuvre pour favoriser la consommation de viande bovine locale à tous les étages? Plus globalement et puisque la problématique ne concerne pas uniquement la Wallonie, avez-vous des contacts avec vos homologues belges en charge de l’Agriculture afin de mettre en place un véritable plan d’action? Quelles pistes sont sur la table afin d’inverser la tendance? 

La réponse du Ministre