Depuis la semaine dernière, les propriétaires d'un véhicule qui ne répond pas aux mesures des particules fines auront un an pour se mettre en ordre.

pexels-tim-samuel-5835355

Depuis le 1er juillet 2022, les centres de contrôle technique du pays sont équipés d’un appareil compteur de particules auquel sont soumis les voitures et les camionnettes diesel qui ont été immatriculés pour la première fois à partir du 1er juillet 2013. Concrètement, il ne s’agit pas d’un nouveau test mais d’une adaptation des appareils de mesures des particules fines.

Si cette adaptation est salutaire pour la préservation de la qualité de l’air, on remarque que 6% des véhicules diesel de normes Euro 5b et Euro 6 émettent trop de particules fines. Il apparait qu’une marque (Ford pour ne pas la citer) est plus concernée et ne semble pas prendre en main le problème.

En effet, les filtres s’encrassent et leurs remplacements coûte très cher pour les propriétaires des véhicules concernés qui ont souvent un véhicule qui affiche déjà un certain âge. En plus le remplacement du filtre ne règlera pas ce problème à long terme.

Vous indiquiez dans un communiqué de presse regretter le manque de solutions raisonnables de certaines marques et de certains concessionnaires pour réparer les véhicules non conformes.

Madame la Ministre, quelles actions allez-vous entreprendre ?

Qu’en est-il de ceux qui ont été contrôlés fin de l’année dernière et dont le manque de conformité a été pointé du doigt : peuvent-ils également bénéficier de cette année de délai ?

La réponse de la Ministre