En 2019, on a placé 3 136 personnes sous surveillance électronique. Un chiffre en croissance: le bracelet, à la mode? Article paru dans l'Avenir ce mercredi 12 février.

bracelet_1

«Sous bracelet électronique, quand on dit que la sortie est interdite, elle est interdite. Pas question d’aller jouer au foot avec les enfants dans le jardin quand il fait beau.»: Dominique Namur est assistante de justice à la Maison de Justice de Namur. Elle suit les justiciables.

L’occasion de rappeler avantages et inconvénients du bracelet électronique au moment où nous vous livrons les chiffres 2019 sur le nombre de justiciables qui ont été placés sous surveillance électronique: 3 136 en 2019. Soit une augmentation de 4,5% par rapport à 2018 qui elle-même avait enregistré une progression de 9,4%. Des chiffres livrés par la ministre MR Valérie Glatigny en réponse à une question écrite de la députée MR, Caroline Cassart. Où l’on apprend aussi que de nouveaux bracelets vont être commandés et que la capacité de l’application informatique sera augmentée. Bonne nouvelle car les placements sous bracelet électronique pourraient connaître une nouvelle croissance avec les peines autonomes, nouvelles dispositions qui ne semblent pas encore intégrées par les juges.

Tout l'article à lire ici